Ingénieur de réseaux informatiques

Administrateur systemes et réseaux

Le congé bilan de compétences a pour objet de permettre aux salariés d'analyser leurs compétences professionnelles et personnelles ainsi que leurs aptitudes et leurs motivations afin de définir un projet professionnel et, le cas échéant, un projet de formation (Art. L 900-2 du Code du Travail).

Le bilan de compétences s'adresse à tous les salariés quels que soient leur âge, leur catégorie socioprofessionnelle ou leur statut.

DEUX SOURCES DE FINANCEMENT

La mise en œuvre d'un bilan peut intervenir dans le cadre du plan de formation, à l'initiative de l'entreprise et avec le consentement du salarié. Dans ce cas, la rémunération du salarié et le coût de la prestation sont pris en charge sur le budget de formation de l'employeur.

Lorsque le bilan de compétences est à l'initiative du salarié, la demande de concours financier relève FONGECIF MIDI-PYRENEES.

DEROULEMENT DU BILAN

Un bilan de compétences, conformément à la définition légale (art. R 900-1 du code du travail) se déroule en 3 phases sous la conduite du prestataire.

a) La phase préliminaire a pour objet :

- de confirmer l'engagement du bénéficiaire dans sa démarche.
- de définir et d'analyser la nature de ses besoins.
- de l'informer des conditions de déroulement du bilan de compétences, ainsi que des méthodes et techniques mises en œuvre.

b) La phase d’investigation permettant au bénéficiaire :

- d’analyser ses motivations et intérêts professionnels et personnels.
- d’identifier ses compétences et aptitudes professionnelles et personnelles et, le cas échéant, d’évaluer ses connaissances générales.
- de déterminer ses possibilités d'évolution professionnelle.

c) La phase de conclusions, par la voie d'entretiens personnalisés, permet au bénéficiaire :

- de prendre connaissance des résultats détaillés de la phase d’investigation.
- de recenser les facteurs susceptibles de favoriser ou non la réalisation d'un projet professionnel et, le cas échéant, d'un projet de formation.
- de prévoir les principales étapes de la mise en œuvre de ce projet.

Cette phase de conclusions se termine par la présentation au bénéficiaire d'un document de synthèse. Ce document, établi par l'organisme prestataire et sous sa seule responsabilité, doit être soumis au bénéficiaire pour d'éventuelles observations.

LE DOCUMENT DE SYNTHESE

Le bénéficiaire pourra être amené, au cours de sa vie professionnelle à communiquer les résultats de son bilan. Le document de synthèse a été conçu pour être éventuellement communiqué à un tiers, ce qui explique que le législateur ait prévu que seules les mentions suivantes figureraient sur ce document :

- Les circonstances du bilan.
- Les compétences et aptitudes du bénéficiaire au regard des perspectives d'évolution envisagées.
- Les éléments constitutifs du projet professionnel et éventuellement du projet de formation et des principales étapes pour la réalisation de ce projet.

Le bénéficiaire étant le seul destinataire des résultats de son bilan et du document de synthèse, la décision de transmission de ce document lui appartient (art. L 900-4 et 1)

DUREE DU BILAN

La durée d'un bilan de compétences ne peut excéder 24 heures.

L'organisation du temps est fonction des pratiques de chaque prestataire, et tient compte des disponibilités calendaires des candidats. En règle générale, et compte tenu de l'alternance entre entretiens de face à face, tests, travail personnel et recherches documentaires le bilan se déroule sur 6 à 8 semaines.

Les centres de bilan qui ont obtenu l'agrément du FONGECIF MIDI-PYRENEES s'engagent dans une convention à terminer le bilan de compétences et remettre la synthèse écrite au bénéficiaire dans un délai de 2 mois à compter de l'accord de prise en charge.

RESPECT DE LA CONFIDENTIALITE

La confidentialité du bilan est une garantie imposée par la loi. Les résultats détaillés et la synthèse écrite restent la propriété du bénéficiaire qui en dispose et en use à sa convenance.

Les documents élaborés pour la réalisation d'un bilan de compétences sont aussitôt détruits par l'organisme prestataire, sauf demande écrite du bénéficiaire fondée sur la nécessité d'un suivi de sa situation : dans cette hypothèse, ils ne pourront être gardés plus d'un an (Art. R. 900-6).

http://www.fongecifmp.org/

Identification